29è jour: La guerre est-elle finie?

 

Hier, le bureau du premier ministre a reçu un mail de Meytal, une adolescente de Sederot. Mr le Premier Ministre, pouvez vous me dire si la guerre est   finie ou non? J’entends que nos soldats quittent Gaza. Mais ce matin, l’alerte rouge a retentit dans ma ville. Je sais qu’Israël a décidé d’une trêve , que l’on négocie au Caire, mais mon père est toujours en miliouim. (appelé dans la réserve) et les avions vrombissent toute la journée au dessus de ma maison?

Journées d’incertitudes,  de brouillamini, de flottements, de confusions en Israël

Mr le Premier ministre, la guerre est-elle finie?  Meytal n’est pas seule à poser cette question ce 29è jour de l’Opération Tsuk Eytan, Bordure Protectrice.

28è jour: La fiancée devant la tombe

 

Chaque enterrement d’un soldat bouleverse Israël. Ebranle chacun ici, au plus profond de son âme.

Pour l’enterrement d’Adar Goldin, plus de 20.000 personnes étaient présentes. Un officier dont le corps a été kidnappé, puis en partie retrouvé. Situation sordide, que confronte de nouveau Israël. Adar et Edna devaient se marier dans un mois. Au lieu d’être auprès de toi sous le dais nuptial, je suis devant ta tombe a dit la fiancée, en lisant le poème écrit par Adar sur la carte d’invitation de leur mariage.

22è jour: Israël enterre dix soldats

Sagui Erez ז"ל

Sagui Erez ז”ל

 

Aujourd’hui, les regards sont sombres. Encore un peu plus. En une seule journée, Israël enterre dix de ses soldats. Ils ont de 18 à 24 ans. Les médias diffusent sans cesse, les noms de ces soldats, leur photo. Et leur histoire. Dix univers qui disparaissent. Comme une brisure dans le coeur de chaque israélien. Pas un cliché, mais un sentiment profond qui caractérise la société israélienne, face au prix insupportable, infernal à payer, pour le droit de vivre indépendant dans son pays.

Sagui Erez avait 19 ans, éléve de l’école d’officier, une photo, un nom, un visage, un regard, un sourire. Mardi 29 juillet, 53 soldats israéliens ont été tués depuis le début de l’Opération Bordure Protectrice, Tsuk Eitan.

 

21è jour: Caleçons et chaussettes

 

Je pourrais je crois consacrer un livre entier aux initiatives de solidarité de ces derniers jours: des milliers qui accompagnent l’opération Bordure préventive. Nous avons choisi aujourd’hui, une de ces initiatives, tout à la fois triviale et vitale.

Lorsque vous servez à Gaza depuis trois semaines, nous raconte un soldat, pas le temps de laver le linge. Lorsque vous avez retourné déjà à trois reprises vos caleçons et vos chaussettes, à l’endroit, à l’envers…préférable tout de même de les changer.

Chacun ici connait cette réalité du quotidien du soldat, résultat des tonnes et des tonnes de caleçons et de chaussettes arrivent depuis quelques jours, à la frontière. Des initiatives spontanées de citoyens, de grandes entreprises, de juifs de la Diaspora.

La solidarité sous toutes ses formes.

17è jour: La solidarité jusqu’à la mort

 

Jordan Bensimoun ז"ל

Jordan Bensemoun ז”ל

Max Steinberg ז"ל

Max Steinberg ז”ל

shon carmeli ז"ל

shon carmeli ז”ל

Shon Carmeli 21 ans, du Texas, Jordan Bensemoun, 22 ans de Lyon et Max Steinberg 24 ans de Los Angeles. Trois soldats israéliens  sont venus servir Israël en laissant leur famille dans leur pays d’origine, חייל בודד  , hayal boded, en hébreu, soldat sans famille.

Tous les trois sont tombés dans les combats à Gaza. Quelques dizaines, peut-être quelques centaines de personnes à peine devaient être présents pour les conduire à leur dernière demeure.

Mais ils ont été des dizaines de milliers. Ils sont venus de tout Israël. Des jeunes, des personnes âgées, des hommes et des femmes qui ont laissé leur travail, leur quotidien pour venir inhumer, rendre honneur à un soldat qu’ils ne connaissaient pas.

La solidarité spectaculaire du peuple juif de ces derniers jours, jusqu’à la mort.

16è jour: Myriam et l’aburdité de la guerre

 

 

Dans la guerre, il y a des situations tout à la fois absurdes, illogiques, kafkaïennes et symboliques. En voici une d’entre elle.

Myriam dirige le département de pédiatrie dans un grand hôpital au centre d’Israël. Dans ce département sont hospitalisés une dizaine d’enfants palestiniens de Gaza, gravement malades, maladies du coeur, leucémie. Israël peut les soigner, et les familles ont demandé et obtenu d’Israël, une autorisation spéciale à titre humanitaire.  Pour Myriam, il faut sauver ces enfants, comme il faut sauver les enfants du monde entier. Elle passe de l’un à l’autre, tout en étant rivée sur l’écran de son téléphone. Son fils ainé fait partie de l’unité de Golani qui combat à Gaza.

Parfois raconte-t-elle, je m’arrête quelques secondes, et une pensée traverse mon esprit. Peut être que le frère, l’oncle de cet enfant, se trouve en ce moment même face à mon fils. Peut-être que mon fils fouille les caves de la maison de cet enfant. Quelques secondes, et je replonge dans la lutte acharnée pour sauver cet enfant.

15è jour: La piscine de Kerem Shalom

 

Kerem Shalom est un petit kibboutz frontalier, situé juste à la frontière entre Israël et Gaza, face à Rafiah. Une vingtaine de familles, quelques volontaires, en tout une centaine de personnes et plusieurs dizaines d’enfants vivent dans de petites maisons coquettes et fleuries. Des pelouses du kibboutz, on voit nettement les premières maisons palestiniennes. Les tirs de roquettes sont incessants.

Mais les vacances sont les vacances. Alors, chez la famille Karni-Hadass, les bambins jouent dans la piscine…. dans la chambre étanche et blindée.

14è jour: Trois adolescentes à Ashdod

Le pire,  c’est qu’elles n’ont même plus peur, les adolescentes d’Israël. Au bruit de la sirène, en éclatant de rire, par inconscience ou par nervosité, sans oublier leur téléphone, leur bouteille d’eau et le selfie d’usage, trois adolescentes  se réfugient dans la cage d’escalier de leur immeuble au moment d’une sirène à Ashdod. Plus de deux cent roquettes ont touché la ville du sud.

13è jour: Israël enterre ses soldats

sivan safrir

 Tsafrir Bar On ז”ל et sa femme

 Dans les rues d’Israël, la tristesse est palpable, comme une lourde pierre noire que chacun tente en vain d’écarter de son chemin. Un soupir, un regard dans le vague, un geste révélent la douleur. Pas simple pour Israël d’enterrer dix huit soldats en moins de trois jours.

Chaque histoire est tragique.  Tsafrir Bar On avait 32 ans, père d’une petite fille d’un an et mariée à Sivan enceinte de huit mois. Les affres de la guerre. 

7è jour: Tsuk Eitan et linguistique

 

 

Le nom de l’actuelle opération que mène Israël contre le Hamas, contrairement à d’autres noms d’opérations militaires israéliennes, n’est pas  le choix  du hasard d’un programme informatique. Le Chef  d’Etat major, Beny Gantz a confié cette tâche au Commandant Youd (nom d’emprunt), un des responsables de la planification de l’opération.

En anglais et en français, la traduction choisie par l’Etat major n’est pas une traduction  littérale. Bordure protectrice en français  et en anglais Operation Protective Edge.  A l’expression hébraïque, plus musclée, le nom en anglais et en français, met en exergue l’aspect défensif de l’opération.

Tsuk en hébreu צוק se traduit littéralement par rocher, un rocher tout à la fois escarpé et vertical, une falaise. Tsuk peut aussi être une avancée, une saillie.

Eytan en hébreu איתן se traduit littéralement par fort, puissant, solide, stable, inébranlable. Eytan est d’ailleurs aussi un prénom de garçon, très à la mode ces derniers mois  en Israël et dans le monde juif,

Tsuk Eytan, rocher inébranlable, falaise invincible, roc infranchissable, avancée inviolable, Bordure protectrice….