Mea Shearim

raphaelle-abib-mea-shearim

Méa Shéarim a été maintes fois photographié. L’effervescence des rues, les immenses centres d’études talmudiques, les minuscules et ancestrales yéshivot, les mikvés d’antan, le tisch des rabbis, les hommes, portant chapeau et calotte noirs, les femmes aux longues robes poussant des poussettes, entourées par une ribambelle d’enfants, et celles au foulard noir, tout attire le regard du photographe.

Cette fois, c’est une jeune-femme française, Raphaëlle Abib qui photographie Méa Shéarim et qui expose à Jérusalem. Le regard est très particulier. Je lui laisse la parole :

J’ai découvert le quartier de Mea Shearim lors de mon premier voyage en Israël. Soudain, j’ai eu envie d’aller vers l’inconnu, vers cette communauté qui vit selon ses propres codes, hors du temps et de notre modernité. Les habitants de Mea Shearim représentent aussi un visage du judaïsme qui m’est étranger et m’interpelle. Je n’ai pas l’habitude de photographier des inconnus, encore moins des personnes avec lesquelles je ne peux communiquer par les mots. J’ai volontairement choisi de travailler avec un objectif 50mm, qui oblige à faire des plans serrés. Pour réaliser certaines prises de vue, j’ai voulu affronter tantôt l’hostilité d’un regard, tantôt un geste de refus ou des paroles dont le ton se voulait blessant. J’ai senti combien tout regard étranger est vécu comme une tentative d’intrusion inacceptable. J’ai voulu braver l’interdit, pour tenter de lever un petit coin du voile, sur ces êtres qui traversent les rues de ce quartier de Jerusalem avec une détermination sans faille. J’ai aimé les saisir pendant ce moment unique de Pessah, où les couleurs, les rituels, les symboles, sont encore plus forts. De ce face à face, que sans mon appareil photo je n’aurais pas osé vivre, je suis sortie différente.

 

Raphaëlle Abib – Série de 23 photographies 61×51 cm, impressions pigmentaires sur papier Fine Art Hahnemühle Baryté 315 g. Edition limitée à 6 exemplaires, numérotée et signée. Prix de chaque photographie encadrée: 850 us$ ou 3000 NIS

31 mai – 28 juillet 2016

Municipality Gallery Jerusalem, 17 rue Yaffo

raphaelle-abib-mea-shearim-29raphaelle-abib-mea-shearim-37

 

 

La houmoussia Eliahaou

IMG_20160417_161438Il y a en Israël des endroits magiques. Où tout Israël se retrouve côte à côte sur les mêmes longues tables en bois, le petit génie qui travaille dans la zone high tech de Yokénam, des officiers de Tsahal en route vers la frontière libanaise, les deux copines du kibboutz religieux du coin avec leur bébé, l’arabe qui construit la nouvelle autoroute six, la secrétaire du maire, la ministre de la culture…

Autour d’un plat unique. Houmous, sésame, oeuf, graines, huile d’olives, olives noires, granité de citron, et café au hel. Tout pour moins de 25 shekels. Gourmet et santé. En direction du nord du pays, sur la route 70, à Yoknéam, demandez la Houmoussia Eliahou.

IMG_20160417_162817 IMG_20160417_161504

La période rose-violet

 

IMG_20160308_124702

Le printemps a en Israël ses couleurs. Les arbres jaunes-rouges-dorés des automnes de Paris et de New-York sont rares ici. L’artifice des couleurs c’est pour le printemps. Et les arbres se donnent le mot. Il y a d’abord la période blanche des amandiers de Tubichvat. Puis quelques semaines plus tard débute la période rose-violet.

Ces jours-ci sur les routes d’Israël, on peut voir un peu partout des arbres rose-violet. Puis viendra la période jaune. Des milliers et milliers d’arbres jaunes annonceront l’approche de Pessah. Puis ce sera la période bleue, ces arbres magnifiques aux fleurs bleues du début de l’été.

Pour mes amis du Blog, j’ai pris cette photo sur la route qui méne de Modiin à Latrun. Dans ma voiture, j’écoute la radio. Le journal de 12h. De nouveau un attentat. La violence du quotidien de ces six derniers mois, l’enchainement tragique et insoutenable d’attentats et de vies qui s’éteignent dans le sang et la haine. Et mon regard a croisé les arbres roses-violets. Israël et ses contradictions, ses contresens. Sans que strictement personne n’ait de solution pour mettre un terme à ce conflit millénaire.

IMG_20160304_164841

Le musicien juif

Ce second album de ce chanteur de talent de 26 ans, s’inscrit dans le courant de la chanson israélienne de ces dernières années.

Ety Ankri, l’ancienne déesse de la soul music qui récite les poèmes liturgiques de Yehouda haLevy ; Shuly Rand, en complet sombre qui déclame Eicha et les textes des Lamentations sous les feux de l’amphithéâtre de Césarée  ; Amir Benayoun, casquette et barbe noires qui roucoule les intonations vibrantes de l’hébreu ; Shiri Maimon, la vedette mainstream, qui accompagne Shimon Bouskila dans le dialecte judéo-marocain si peu estimé par les élites des débuts ; Idan Raichel qui chante les Psaumes de David ; Koby Oz, le chantre de la musique pop qui compose Mon Dieu, et Elohai devient le tube d’un été.

Comme eux, Ishaï Ribo est rebelle à une culture unique, à un pays sans tradition, à une chanson chansonnette, aux textes faciles et aux images d’Epinal, opposé aussi à une tradition déshumanisée et aux coercitions. Ces chanteurs créent la nouvelle chanson d’Israël.

Phénomène à l’échelle planétaire, le réveil religieux a, en Israël sa propre causalité.  Les fondateurs de l’Etat hébreu avaient choisi la laïcité. Les sépharades, les traditionnalistes, les immigrants, les habitants de la périphérie, les jeunes — et à chacun ses raisons — ne se sont pas reconnus pas dans la culture dirigeante socialiste, rationnelle à outrance, séculière et laïque. Il fallait tout prendre ou tout laisser. Ils ont tout laissé. Ils sont devenus le second Israël.  La progression de la droite, motivée par les craintes sécuritaires, a également trouvé ses racines dans ces exclusions culturelles.

Ce mouvement de protestation des nouvelles générations s’exprime aussi par un retour aux sources juives. Sensible dans toutes les strates de la société, cet intérêt pour le judaïsme a commencé dans les salles de concert. Chanteurs, compositeurs, interprètes, ils cherchent des attaches et des amarres. En quête d’ancrages pour demain, il raccommode les déchirures du passé. Hésitant entre modernité et tradition, séculier et religieux, démocratie et royauté divine, Occident et Orient, rationnel et mystique, comme un funambule sur une corde raide le musicien juif avance à pas prudents, cherche une nouvelle identité et prend l’auditoire aux tripes.

Le musicien juif a entraîné son public dans son périple.

 

Shaming du rabbinat contre un mari récalcitrant

 

 

L’histoire débute il y a quatre ans. L’épouse d’Oded Guez se réfugie dans un abri pour femmes religieuses après des violences physiques graves et des sévices moraux. Le tribunal rabbinique qui en Israël jouit de la prérogative dans les affaires de mariage et de divorce, donne raison à l’épouse et exige du mari qu’il accorde le divorce, le guet à son épouse.

Selon la halacha, la remise du guet du mari à la femme, doit être pleinement consenti et ” un guet forcé” est considéré comme non valide. La cour peut donc exiger une remise de guet, prendre des mesures pour faire fléchir le mari récalcitrant, mais ne peut pas donner le guet à l’épouse à la place de l’époux.

Depuis 4 ans, Guez refuse de donner le guet à sa femme. Son épouse est une aguna, une femme qui se voit refuser le divorce ( en hébreu messourevet guet). Guez est professeur de physique à l’Université de Bar Ilan et un des responsables du département toranique (!). L’université l’a suspendu de ses fonctions d’enseignant il y a un an. Malgré cela, le refus de guet est resté tel quel. La Haute Cour rabbinique a donc décidé de publier non seulement le nom du mari mais surtout sa photo. La publication d’une photo dans un cas de divorce, aussi tragique soit-il est une décision très rare de la part d’un tribunal rabbinique. Par ailleurs, le Beit Din appelle la communauté à exclure Guez de toute vie sociale et surtout de la vie religieuse, de ne pas le faire monter à la Torah, ni même de l’inclure dans un minyan, dans la prière des fidèles de n’importe quelle synagogue en Israël et dans le monde juif.

En d’autres termes, shaming de la rabbanout contre un mari récalcitrant.  Ce qui est intéressant, c’est que ce feu vert du Beit Din est relayé par tous les réseaux sociaux. Depuis quelques heures, la photo d’Oded Guez est dans tous les réseaux sociaux israéliens.  Facebook aiderait-il au combat des “messouravot guet”. Une nouvelle date a été fixée pour le guet. Pour l’heure, Guez continue à refuser. A suivre.

Sur cette mesure décidée par le Beit Din, une explication halakhique : La possibilité de ” faire honte ” , connue dans le droit britannique sous le nom de “name and shame”, est une mesure ancestrale du droit hébraïque datant du 12è siècle et connue sous le nom de ” harkhakot déRabbénou Tam”  “הרחקות דרבנו תם”.  Rabbénou Tam, grand commentateur du Talmud et tossafiste français  est le petit fils de Rachi. Dans le ” sefer hayashar le Rabbénou Tam”, (helek hatechouvot, siman 24), sont détaillées les mesures qui peuvent être prises pour faire honte au mari récalcitrant et lui imposer ainsi de donner le guet à sa femme. En 2016, les rabbins ont utilisé les décrets du sage du 12è siècle, tout en les adaptant à l’ère de facebook et des réseaux sociaux.

 Autre question qui doit être posée. Le Rabbinat d’Israël aurait-il décider de mener une politique plus agressive face au problème douloureux des agunot. Il y a une semaine, le grand rabbin d’Israël, le rabbin David Lau, a tranché dans une affaire de divorce qui durait depuis huit ans, imposant la remise du guet, avant le règlement des questions financières. Le chantage n’est pas acceptable écrit le rav Lau, ( Je te donne le guet si tu me laisse la maison etc.) En cas de conflit financier, désormais, le mari doit d’abord donner le guet. Une autre procédure, totalement séparée de la remise du guet, sera ouverte sur le partage des biens. De la part du rav Lau, affilié au courant ultra-orthodoxe, c’est une décision courageuse. Jusqu’à aujourd’hui, beaucoup de juges permettaient un report du guet tant que les conflits financiers n’étaient pas réglés. Parfois, cela prenait des années. Le rav Lau réussira t-il à changer les normes ?

La victoire de Rita

 

Rita Berkovitch a 83 ans. A 9 ans elle a connu l’horreur des pogroms,  la guerre, les nazis. Elle a vu son père battu. Elle a connu l’effroi face à un nazi. Puis elle est venue en Israël. Elle a aujourd’hui 8 petits-enfants et elle est la reine de beauté d’un concours très spécial organisé chaque année à Haïfa. Miss rescapée de la Shoah. Au début décrié, ce concours a au fil des années convaincu.

Rita le soir de son succès nous a dit : ” C’est notre message. Nous avons connu l’innomable, la mort, la guerre. La vie aussi n’a pas toujours été facile. Ces dernières années, j’ai perdu mon mari, puis mon fils ainé a succombé à un cancer. De la peine terrible, je me suis relevée. J’aime la vie, le soleil, Israël, les enfants dans la rue, mes petits-enfants, leurs amours, leurs combats, leurs rêves. Viva Israël, Vive la vie !!! “

Photo du Haaretz

Am Israël Haï

 

Am Israël Haï a dit la mariée sous la houpa.

Il y a deux semaines, le père de la mariée, le rav Litman et son frère de 18 ans, Natanël, sont assassinés sur le chemin du shabbat hatan, ce shabbat fêté par les communautés ashkénazes, à la veille du mariage. La robe blanche est restée suspendue sur le lustre de sa chambre et la fiancée est assise à terre, la chemise déchirée.

Mais Am Israël Haï ont décidé les fiancés : ” Le peuple juif vivra. Vous voulez nous assassiner. Nous continuerons à vivre, à construire et à espérer. Vous voulez nous tuer. Nous vivrons dans la joie “. Jeudi soir, Sarah Thria Litman s’est mariée à Jérusalem.  Les images de ce mariage avec l’autorisation du Israël Hayom.

http://bcove.me/hnpbeor4

La prière de Hanna à Shilo

Elles sont plusieurs milliers de femmes et de jeunes-filles à se retrouver chaque année, quelques jours avant les fêtes de Rosh Hashana à Shilo pour participer à ” Tfilat Hanna “, la prière de Hanna. Phénomène de société, les nuits féminines des sli’hot se sont multipliées en Israël, depuis quelques années.

Prières traditionnelles du mois d’éloul, les sli’hot se disent la nuit ou à l’aube. Le monde religieux féminin a ressenti la nécessité de vivre à sa manière, à son rythme, un de ces grands moments du calendrier juif. A Migdal Oz, dans le Goush Etsion, à Jérusalem, et aussi dans des dizaines de synagogues, centres communautaires, des femmes du courant orthodoxe, se réunissent pour prier ensemble.

La ville biblique antique de la Samarie est le théâtre d’un de ses rassemblements. Il y a quelques années, elles étaient quelques dizaines. Elles sont aujourd’hui plusieurs milliers à se retrouver dans les paysages antiques et historiques, de la ville des hébreux où il y a plus de trois millénaires, Hanna, la mère du prophète Shmouel, pria pour avoir un enfant.

Pourquoi ces prières attirent-elles les femmes religieuses d’Israël ?

” Prier entre femmes, me donne une liberté ” ; ” Mon approche n’est en rien féministe, tout simplement, dans une synagogue, nous ne pouvons chanter à voix haute, en raison de la proximité des hommes, là chacune prie et chante comme elle l’entend ” ; ” Les femmes ont une manière de prier, plus émotionnelle, plus sensuelle ” ; ” Prier, entourée de milliers de femmes, me donne le sentiment que mes prières seront mieux entendues par les Cieux ” ; ” La prière des sli’hot de Shilo, est une expérience spirituelle, hors du commun, des milliers de femmes, qui ensemble prononcent les mêmes prières…” ; ” En se réunissant entre elles, les femmes retrouvent le vrai sens de la prière ” ; ” Moi, je ne suis pas religieuse, mais je viens ici chaque année. Etre avec des milliers de femmes, pour prier, chanter, danser, sans se soucier du regard masculin a quelques chose de magique.”

Ces quelques réflexions entendues témoignent d’un courant qui semble déjà être un des grands tournants de l’histoire du judaïsme. Au sein même du monde orthodoxe, un public féminin de plus en plus nombreux cherche une expression propre, authentique, orthodoxe, souvent puriste mais avant tout féminine  à leur identité et à leur croyance.

A preuve, la multiplication des  centre d’études pour femmes orthodoxes, le nombre croissant de femmes talmudistes issues des milieux orthodoxes et ces grandes soirées festives au féminin.

 

 

 

La phrase de la semaine

Dans une actualité où il est difficile de différencier le futile de l’essentiel, l’authentique du chimérique, j’ai choisi une petite phrase de Benny Gantz, ancien chef d’Etat-major de Tsahal.

Gantz  a pris la parole, à Raanana, lors d’une soirée de souvenir pour les trois adolescents enlevés et assassinés, il y a un an. Il se souvient de l’unité de tout Israël d’alors. Il se rappelle aussi la guerre de cet été à Gaza :

Je me suis rendu dans chacune des maisons des 67 soldats tombés, des cinq civils tués et des trois adolescents. Et tout différencie la villa somptueuse de Savion et la baraque du village bédouin du Néguev. J’ai rencontré un peuple profondément différent et tout à la fois intimement uni. Notre force c’est notre union. C’est aussi nos différences.  Pour faire face aux défis sécuritaires gigantesques, nous devons apprendre à être uni dans la différence. Cette dualité exige des efforts, du travail, un investissement de chacun d’entre nous. Nous ne pouvons plus demander à l’autre de nous ressembler. C’est le vrai combat d’Israël. Unis dans la différence sera le secret de notre pérennité. “ Benny Gantz